Éventrer le bois

Éventrer le bois d’Emilie Pedneault

Terre à bois et femme de cœur

Paru aux Éditions de la maison en feu en 2020, Éventrer le bois est le premier recueil de poésie d’Emilie Pedneault. Revisitant les écorchures d’une enfance brisée par les « doigts envahissants [des] abus ordinaires », la narratrice nous livre des passages d’une force aussi brute et sauvage que son besoin d’attention et d’amour. Comme si l’écriture venait sabler à vif les émotions et les souvenirs.

Au fil des poèmes, Emilie Pedneault trace un portrait sans censure des relations abusives et des caresses qui détruisent. En effet, un peu dans la même veine que le recueil Elle des chambres de Laurence Veilleux (Poètes de brousse) – sur cet aspect, je pense qu’un dialogue intéressant pourrait naître entre les 2 œuvres – , on y aborde le drame qui se joue derrière les portes closes, les secrets de famille qu’on enterre.

on la dérobe
de ses dessins d’enfants
son hymen
une ombre

passer le temps gris
feuilleter l’oxyde
pages calcaires

ils n’y voient que du feu

à la maison
laissée seule
sur un plateau d’argent
on lui sert l’amour
cheap

tout est jaune ici
la tapisserie
les rideaux
l’urine des animaux empaillés

Emilie Pedneault

La présence menaçante d’un chasseur jette son ombre partout où il avance. Laisse son empreinte sur tous les arbres de la forêt. Bientôt, « la mort se cache dans les pots de cretonnade remplis de petites fraises sucrées ».

Par ces images incisives et évocatrices, la poétesse recouvre son regard d’antan, celui d’une enfant qui garde le silence, « sous ses lèvres cousues de tamias blancs », prisonnière d’un village qui rapetisse sur lui-même. Puis, la jeune fille devenue femme défriche ses secrets traumatisants un à un, se purge de ses fantômes.

mon corps se laboure les entrailles
t’extraire prend un courage inédit
un scalpel pour bien arracher les nerfs

c’est certain que ça reste imparfait
j’ai beau me passer la laine d’acier
de bord en bord
toujours je te sens
forcer la porte en moi

Emilie Pednault
Coup de crayon après coup de crayon, l’écrivaine et artiste se défait de la honte et nous donne à lire une véritable leçon de courage, une retraversée de soi pour se tenir à nouveau debout et embrasser le territoire. Elle choisit la vie, plusieurs fois la vie, et la crée pour tromper la mort.

tu sauras jamais ce que ça fait
toi fort, toi homme
créer la vie
où certains injectent la mor

Emilie Pednault

Marise Belletête
Écrivaine, dessinatrice, passionnée des mots

Autoportrait de La Griffonneuse

Pour me suivre

Partager cet article