Entomographie de Catherine Poulin

Entomographie de Catherine Poulin

Frayer avec les arthropodes

J’ai découvert la poétesse Catherine Poulin avec sa suite Tailler les mammifères, pour laquelle elle a remporté le prix Piché en 2014. Son troisième recueil, Entomographie, reste sauvage, tout en adoptant un flot plus tranquille, une forme plus aérée, plus épurée. Après avoir exploré le monde de la chasse et de la taxidermie, elle aborde subtilement la vie minuscule et presque invisible des insectes, de leurs colonies qui résistent à notre envahissement. Il reste encore tant à apprendre des abeilles, cloportes, papillons et autres êtres cachés dans nos angles morts.

« je reconnais beaucoup d’espèces
mais j’échappe les noms
il faut faire attention
dans l’apprentissage des cris
ne pas oublier de se fabriquer
une couronne de petits yeux
qui louchent et sursautent
pour tout voir »

Catherine Poulin

La poésie de Catherine Poulin semble ici se mouvoir, se défaire d’un poids.

Quand le corps se fait lourd, rompu à la cadence effrénée, aux poses répétées. Qu’il baisse la tête. S’inspire des mouvements grouillants des insectes. Parle un micro-langage d’antennes qui se touchent, de vibrations d’ailes.

Loin des machines.

« bien au-delà

c’est un langage déterré
dans nos plis de peau
nos grains de beautés

de colonies d’insectes
que vous n’avez jamais vues »

Catherine Poulin

Elle compose des poèmes d’ellipses, de gestes saccadés. Ne garde que l’essentiel. Quelques mots. Un « cœur cru ». Avec l’envie de déposer le corps, de tester la posture du cocon.

Entomographie est un recueil qui inspire un temps d’arrêt. Un retour « choc » à la nature.

« sur l’autoroute
ce serait l’automne
la parole neuve
radieuse
des vaches au loin à gauche
des insectes improbables
et tellement de feuilles

cette envie
millénaire catastrophe
que l’auto dérive par exprès
s’enfonce
que les arbres se collent
encore plus près après nous »

Catherine Poulin

Parfait pour lire sous le soleil en observant du coin de l'oeil la vie qui bourdonne et fourmille!

Catherine Poulin, Entomographie, Le lézard amoureux, 2021.

Marise Belletête
Écrivaine, dessinatrice, passionnée des mots

Autoportrait de La Griffonneuse

Pour me suivre

Partager cet article